posté le 25-08-2022 à 09:26:27

Sur un miroir.

 

 Berthe Morisot* : Devant le miroir.

 

Sur un miroir.

 

Toutes les fois, miroir, que tu lui serviras

A se mettre du noir aux yeux ou sur sa joue

La poudre parfumée, ou bien dans une moue

Charmante, son carmin aux lèvres, tu diras :

 

«Je dormais reflétant les vers, que sur l'ivoire

Il écrivit... Pourquoi de vos yeux de velours,

De votre chair, de vos lèvres, par ces atours,

Rendre plus éclatante encore la victoire? »

 

Alors, si tu surprends quelque regard pervers,

Si de l'amour présent elle est distraite ou lasse.

Brise toi, mais ne lui sers pas, petite glace,

A s'orner pour un autre, en riant de mes vers.

 

                                                   Charles Cros.

 

Charles Cros, né le 1er octobre 1842 à Fabrezan (Aude), originaire d'une famille de Lagrasse (Aude), et mort le 9 août 1888 dans le 6e arrondissement de Paris, est un poète et inventeur français. Un musée lui est consacré à Fabrezan.

   

 

 

 

* Berthe Marie Pauline Morisot, née le 14 janvier 1841 à Bourges et morte le 2 mars 1895 à Paris, est une peintre française, membre fondateur et doyenne du mouvement d'avant-garde que fut l'Impressionnisme

 

 

 

Berthe Morisot par Édouard Manet (1870). 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.

 


 
 
posté le 23-07-2022 à 07:30:50

Les corbeaux.

 

 

 

Les corbeaux.

 

Les noirs corbeaux au noir plumage,

Que chassa le vent automnal,

Revenus de leur long voyage,

Croassent dans le ciel vernal.

 

Les taillis, les buissons moroses

Attendent leurs joyeux oiseaux :

Mais, au lieu des gais virtuoses,

Arrivent premiers les corbeaux.

 

Pour charmer le bois qui s'ennuie,

Ces dilettantes sans rival,

Ce soir, par la neige et la pluie,

Donneront un grand festival.

 

Les rêveurs, dont l'extase est brève,

Attendent des vols d'oiseaux d'or ;

Mais, au lieu des oiseaux du rêve,

Arrive le sombre condor.

 

Mars pleure avant de nous sourire.

La grêle tombe en plein été.

L'homme, né pour les deuils, soupire

Et pleure avant d'avoir chanté.

 

Nérée BEAUCHEMIN (1850 – 1931)

 

 

 

 

Le poète québécois Nérée Beauchemin (1850-1931) est considéré comme l’un des premiers écrivains du terroir. Sincérité des mots, simplicité des vers et amour fidèle de la patrie — c’est-à-dire de sa région — caractérisent sa poésie. Ses vers présentent le monde harmonieux qui entoure le poète par une évocation matérielle et précise. Les thèmes de l’art, la beauté, la nature, la religion et la fidélité y sont développés. Sa poésie est visuelle, rappelant parfois celle des Parnassiens, imbue d’une foi catholique inébranlable. Il se voit décerner la Médaille de l’Académie française en 1930.

 

 


 
 
posté le 21-06-2022 à 07:31:54

L'été.

 

 

 

L'été.

 

C'est l'été. Le soleil darde

Ses rayons intarissables

Sur l'étranger qui s'attarde

Au milieu des vastes sables.

 

Comme une liqueur subtile

Baignant l'horizon sans borne,

L'air qui du sol chaud distille

Fait trembloter le roc morne.

 

Le bois des arbres éclate.

Le tigre rayé, l'hyène,

Tirant leur langue écarlate,

Cherchent de l'eau dans la plaine.

 

Les éléphants vont en troupe,

Broyant sous leurs pieds les haies

Et soulevant de leur croupe

Les branchages des futaies.

 

Il n'est pas de grotte creuse

Où la chaleur ne pénètre.

Aucune vallée ombreuse

Où de l'herbe puisse naître.

 

Au jardin, sous un toit lisse

De bambou, Sitâ sommeille :

Une moue effleure et plisse

Parfois sa lèvre vermeille.

 

Sous la gaze, d'or rayée,

Où son beau corps s'enveloppe,

En s'étirant, l'ennuyée

Ouvre ses yeux d'antilope.

 

Mais elle attend, sous ce voile

Qui trahit sa beauté nue,

Qu'au ciel la première étoile

Annonce la nuit venue.

 

Déjà le soleil s'incline

Et dans la mer murmurante

Va, derrière la colline,

Mirer sa splendeur mourante.

 

Et la nature brûlée

Respire enfin. La nuit brune

Revêt sa robe étoilée,

Et, calme, apparaît la lune.

A Laure Bernard.

 

Charles CROS (1842 – 1888)

 

 

 

 

Charles Cros, né à Fabrezan (Aude) le 1er octobre 1842 et mort à Paris le 9 août 1888, est un poète et inventeur français.

Passionné de littérature et de sciences, il fut de 1860 à 1863, professeur de chimie à l’Institut parisien des Sourds-Muets, avant de se consacrer à la recherche scientifique. En 1869, il présenta à la Société française de photographie un procédé de photographie en couleurs qui est à l’origine du procédé actuel de trichromie. Il étudia également des améliorations à la technologie du télégraphe : il avait présenté à l’Exposition de 1867 un prototype de télégraphe automatique.

En avril 1877, il formulait le principe d’un appareil de reproduction des sons qu’il nomma paléophone. Son document, présenté à l’Académie des sciences, suggérait que les vibrations sonores pouvaient être gravées dans du métal à l’aide d’un crayon rattaché à une membrane vibrante, et que, par la suite, en faisant glisser un stylet rattaché à une membrane sur cette gravure on parviendrait à reproduire le son initial. Avant que Charles Cros n’eût la possibilité de suivre son idée voire de construire un prototype, Thomas Edison, aux États-Unis, mettait au point le premier phonographe 

Son œuvre de poète, brillante également (une des sources d’inspiration du surréalisme) a été ignorée par son époque.

Il fréquenta les cercles et cafés littéraires de la bohème de l’époque (« Cercle des poètes Zutistes » — qu’il avait créé —, « Vilains Bonshommes », «Hydropathes »), ainsi que le salon de Nina de Villard qui fut sa maîtresse jusqu’en 1877. Mais s’il était connu, en vérité, c’était pour ses monologues, dont le plus connu est « Le Hareng saur », qu’il récitait lui-même dans des cabarets parisiens comme « Le Chat noir ».

En son honneur a été créée l’Académie Charles-Cros qui récompense chaque année les meilleurs disques.

 

 

 

 

 


 
 
posté le 22-05-2022 à 06:53:32

Porteurs de cicatrices.

 

 

 

Porteurs de cicatrices.

 

Les morts aux visages rompus se redressent

La langue des humiliés se gonfle

Orageuse se lève la marée des victimes

 

Mais prenez garde porteurs de cicatrices !

 

Éteignez dans vos chairs les volcans de la haine

 

Piétinez l'aiguillon et crachez le venin

 

qui vous apparenteraient un jour aux bourreaux

 

Étouffez ces clairons ces sonneries qui forcent la ressemblance qui commandent le talion

 

Questionnez vos viscères

Percez vos propres masques

 

Soyez autres !

 

Andrée Chedid (1920-2011).

 

 

 

 

Andrée Chedid, née Andrée Saab le 20 mars 1920 au Caire et morte le 6 février 2011 à Paris, est une femme de lettres et poétesse française d’origine syro-libanaise. Elle publie son premier roman en 1952 et écrit des nouvelles, des poèmes, des pièces de théâtre, des romans, et de la littérature jeunesse.

 

 


 


 
 
posté le 21-04-2022 à 06:32:15

Les Épiceries.


 

 

Les Épiceries.

 

Le soleil meurt : son sang ruisselle aux devantures

Et la boutique immense est comme un reposoir

Où sont, par le patron, rangés sur le comptoir

Comme des cœurs de feu, les bols de confitures.

 

Et, pour mieux célébrer la chute du soleil,

L’épicier triomphal qui descend de son trône,

Porte dans ses bras lourds un bocal d’huile jaune

Comme un calice d’or colossal et vermeil.

 

L’astre est mort ; ses derniers rayons crevant les nues

Illuminent de fièvre et d’ardeurs inconnues

La timide praline et les bonbons anglais.

 

Heureux celui qui peut dans nos cités flétries

Contempler un seul soir pour n’oublier jamais

La gloire des couchants sur les épiceries.

 

Vincent Muselli (1889-1956)

 

 

 

 

  

 Vincent Muselli est un poète français, né à Argentan le 22 mai 1879, décédé à Paris le 28 juin 1956. Ses poèmes sont souvent des quatrains ou des sonnets.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 
 
posté le 24-03-2022 à 07:16:02

Les Chercheuses de poux.

 

 

Caspar Netscher (1639 – 1684)

 

 Les Chercheuses de poux (1871).

 

Quand le front de l'enfant, plein de rouges tourmentes,

 Implore l'essaim blanc des rêves indistincts,

 Il vient près de son lit deux grandes sœurs charmantes

 Avec de frêles doigts aux ongles argentins.


 Elles assoient l'enfant devant une croisée

 Grande ouverte où l'air bleu baigne un fouillis de fleurs,

 Et dans ses lourds cheveux où tombe la rosée

 Promènent leurs doigts fins, terribles et charmeurs.


 Il écoute chanter leurs haleines craintives

 Qui fleurent de longs miels végétaux et rosés,

 Et qu'interrompt parfois un sifflement, salives

 Reprises sur la lèvre ou désirs de baisers.


Il entend leurs cils noirs battant sous les silences

 Parfumés ; et leurs doigts électriques et doux

 Font crépiter parmi ses grises indolences

 Sous leurs ongles royaux la mort des petits poux.


 Voilà que monte en lui le vin de la Paresse,

 Soupir d'harmonica qui pourrait délirer ;

 L'enfant se sent, selon la lenteur des caresses,

 Sourdre et mourir sans cesse un désir de pleurer.


                                 Arthur Rimbaud (1854-1891)


 

 

 

 

 

Arthur Rimbaud est un poète français, né le 20 octobre 1854 à Charleville et mort le 10 novembre 1891 à Marseille. Bien que brève, la densité de son œuvre poétique fait d'Arthur Rimbaud une des figures premières de la littérature française.

Arthur Rimbaud écrit ses premiers poèmes à 15 ans. Selon lui, le poète doit être «voyant» et « il faut être absolument moderne ». Il entretient une aventure amoureuse tumultueuse avec le poète Paul Verlaine. À l'âge de vingt ans, il renonce subitement à l’écriture.

Ses idées marginales, anti-bourgeoises et libertaires le poussent à choisir une vie aventureuse, dont les pérégrinations l’amènent jusqu’en Abyssinie, où il devient négociant  quand ce n'est pas explorateur.

Des vers comme ceux du Bateau ivre, du Dormeur du val ou de Voyelles comptent parmi les plus célèbres de la poésie française. La précocité de son génie et sa vie aventureuse contribuent à forger la légende du poète.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article